Discussion ♥
Salut , bienvenue a toi sur ce forum .

Connecte-toi ou inscrit toi vite sur ce forum ^^
Discussion ♥
Salut , bienvenue a toi sur ce forum .

Connecte-toi ou inscrit toi vite sur ce forum ^^
Discussion ♥
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Discussion ♥


 
AccueilAccueil  PortailPortail  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Edition n°6 du JOURNAL

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:21

Edition n°6 du JOURNAL 11021319

Bienvenue dans cette nouvelle édition ,

Le sommaire :

Le nouveaux graphismes .
Les membres .
Une question que tout le monde se pose .
La recette de la semaine .
Le filme de la semaine .
La série de la semaine .
>Les films en VO ! Mieux tout simplement !
Bonne Lecture a vous tous


Dernière édition par Jasmine le Ven 22 Avr - 17:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:23

Edition n°6 du JOURNAL Pour_o17
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:27

Edition n°6 du JOURNAL Pour_o18
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:29

Edition n°6 du JOURNAL 11021320

La question que tous le monde se posent envoie la réponse en MP
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:31

Edition n°6 du JOURNAL 11021321

La Recette de la Semaine Gâteau de crêpes aux fruits confits Chaque semaine, retrouvez une recette proposée par un grand chef du Boulonnais. Cette semaine, Arnaud Legrand, chef pâtissier à la Matelote à Boulogne confie les
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:33

Le film de la semaine: Discours d'un Roi

Edition n°6 du JOURNAL 11021322

Dès ce mercredi, ne manquez pas le film « Discours d’un Roi » de Tom Hooper. C’est LE film à voir cette semaine…ou même cette année. Colin Firth est formidable dans le rôle du futur roi George VI qui ne trouve pas ses paroles et qui doit aller voir un thérapeute, incarné par le très doué Geoffrey Rush. Ils font un des meilleurs duo au grand écran depuis longtemps. Et Helena Bonham Carter est superbe aussi en femme de Colin Firth. C’est un casting prestigieux qui mérite être couronné aux prochains Oscars où le film est nommé dans plusieurs catégories dont Meilleur Film de l’année. Ce film montre qu’il est possible de dire beaucoup avec peu de mots – il y a beaucoup d’humeur et beaucoup d’émotion. C’est une réussite du décor et de costumes et ça va plus loin qu’un simple leçon d’orthophonie. C’est un film qui arrive à s’exprimer même si son personnage principale a du mal. C’est poignant sans être trop sentimental ou trop cliché. Ca donne un cœur à l’histoire de l’Angleterre accompagné par la musique ingénieuse du Frenchie Alexandre Desplat. On plonge au cœur de l’histoire, on a vraiment l’impression d’être là – c’est un formidable film historique. Colin Firth, Oscar de Meilleur Acteur 2010, let’s go !! Comme le personage principale, je n’ai pas les mots pour décrire ce chef d’œuvre – allez le voir au cinéma. En plus, c'était le grand gagnant du Screen Actors Guild Awards hier soir à Los Angeles - bravo, bravo! Sincerely, Her Royal Highness du cinéma, Reine-becca !
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Jasmine
Admin
Jasmine


Messages : 1090
Points : 2147492365
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/02/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptyVen 22 Avr - 17:36

La série de la semaine : "Mad Men' (TPS, dimanche soir, depuis le 16 mars 2008)
Blog de martinwinckler :La sériephilie, c'est grave, Docteur ?, La série de la semaine : 'Mad Men' (TPS, dimanche soir, depuis le 16 mars 2008)

C'est une des meilleures séries de la saison 2007, un OVNI dans la production actuelle. Créée par Matthew Weiner, l'un des scénaristes de The Sopranos, Mad Men est une oeuvre impressionnante, visuellement, scénariquement et d'un point de vue historique et symbolique.

Le tableau est tracé dès le générique, superbe et troublant : la silhouette stylisée d’un homme à attaché-case tombe du sommet d’un gratte-ciel en effleurant au passage des publicités pour les bas ou les cigarettes. Cette chute sans fin, à la fois symbolique et fantasmatique, semble illustrer l’histoire de l’homme qui se jette du haut de l’Empire State Building et qui, à chaque personne qui le voit passer devant sa fenêtre, lance ironiquement « So far, so good » (« Jusque là, ça va… »)

En 1960, à l'orée de la campagne présidentielle Nixon-Kennedy, dans une des innombrables agences de publicité installées sur Madison Avenue, à New York. Dans l’Amérique de l’après-guerre et du boom économique, un groupe de personnages tente de vivre leur vie sous la double contrainte des conventions sociales et des faux-semblants.

Si l'image est pétante de couleurs, on est ici dans un monde en noir et blanc, en positif-négatif, d’un monde double dans lequel la réalité des individus est verrouillée sous les conventions comme les seins des femmes sous leurs soutien-gorges rigides.

De l’aveu même de son créateur, Matthew Weiner, l’un des sujets centraux de Mad Men, c’est la guerre (froide) entre les sexes. Une exploration incisive, sans complaisance, aussi précise que chez Balzac ; aussi cinglante que chez Flaubert.

Donald Draper (Jon Hamm), brillant executive, joue sur deux tableaux : d’un côté une charmante épouse blonde, Betty (January Jones), des enfants et une belle maison dans les suburbs ; de l’autre une maîtresse bohème brune à Manhattan. Il n’est d’ailleurs pas le seul. Roger Sterling (John Slattery), l’un des senior partners de la firme vit une passion torride – à l’hôtel – avec l’une de ses assistantes de direction, Joan (Christina Hendricks). Quant au plus jeune cadre, Pete (Vincent Kartheiser), la veille de son mariage à une riche héritière il passe la nuit avec la secrétaire novice, Peggy (Elizabeth Moss).

Tandis que les hommes mènent une double vie, les femmes s’efforcent - parfois sans grand succès - d’exister par elles-mêmes. Betty Draper étouffe au point d’aller consulter un psychanalyste… qui rend des comptes à son mari. Joan profite de sa situation de femme entretenue et ne tient pas du tout à voir Roger divorcer. Quant à Peggy, elle prend la pilule et se montre aussi créative que les publicitaires de la firme en trouvant un slogan pour un nouveau rouge à lèvres.

Le sujet de la guerre des sexes à la veille de l’éclosion du féminisme pourrait à lui seul suffire à capter l’attention du spectateur, mais il est loin de résumer la richesse narrative de Mad Men. Car les treize épisodes de la première saison, diffusée l’été dernier par la chaîne AMC et depuis le 16 mars sur TPS Star, tissent une foule d’histoires qui nous parle de l’Amérique des années 60 : depuis l’invention de la publicité conceptuelle jusqu’à la campagne très médiatique de John Kennedy, en passant par la volonté du jeune état d’Israël d’attirer les riches touristes américains et par les efforts considérables des cigarettiers pour masquer les méfaits du tabac derrière le rideau de fumée de la cool attitude.

Au milieu de cet univers policé, Don Draper est un personnage énigmatique, dont on apprend très vite qu’il a changé d’identité. Plusieurs flash-backs saisissants de beauté nous font remonter le temps dans son histoire personnelle, quand il était enfant au fin fond de l’Amérique profonde pendant la crise de 1929, ou lorsqu’il servit comme GI dans le Pacifique. Ces retours en arrière soigneusement choisis démontrent que le vernis du monde « moderne » recouvre des pages d’histoire qui n’ont pas été véritablement tournées.

Plastiquement superbe, scénariquement passionnante, impeccablement filmée et interprétée c’est indubitablement, avec Damages (Canal +), LA série à suivre à la télévision française en ce moment.

Martin Winckler



Au sujet de Mad Men et d’American Dreams, autre série située dans les années 60, lire l’article de Marjolaine Boutet dans L’Année des séries 2008 (Hors Collection).
Revenir en haut Aller en bas
https://discussion.ahlamontada.com
Omphale
Les modérateuuuuuuurs
Les modérateuuuuuuurs
Omphale


Messages : 1230
Points : 29060
Réputation : 2
Date d'inscription : 06/03/2011
Age : 25
Localisation : Hollywood

Feuille de personnage
Chanaly: 1
Omphale :

Edition n°6 du JOURNAL Empty
MessageSujet: Re: Edition n°6 du JOURNAL   Edition n°6 du JOURNAL EmptySam 23 Avr - 7:45

LES FILMS EN V.O. ! MIEUX

Les films en V.O. sont beaucoup plus marrant et interessants mais d'abord pour ceux qui ne savent ce que veut dire V.O. :
Les films en Version Original (V.O. ) sont les films ausquelle ont n'a fait aucune retouche sur le son c'est a dire que meme si on est en france le film sera diffusé en anglais si au debut il a était tourné en anglais .

Donc ces films sont beaucoup mieux car :
1. Les voix des acteurs sont les leurs donc on a une impression de réalité
2. Parfois quand on double les voix des acteurs dans d'autre langues ce n'est pas EXACTEMENT le texte donc par exemple pour " home sweet home " on dira c'est bon d'etre chez soi
3. La derniere raison est celle que vos parents risquent de vous dire est : Sa te fera progresser en anglais

Bon c''est vrai que au début on comprend rien mais à la longue on finit par comprendre le film meme si on connaissait pas tout les mots

AUSSI !! Lorsque les films sont doublés le mots "fuck " est toujours traduit par "va au diable" .Alors que c'est sensé etre un tres gros mot en anglais donc beaucoup plus drole !
Revenir en haut Aller en bas
 
Edition n°6 du JOURNAL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discussion ♥ :: Autres :: La corbeille-
Sauter vers: